Les gays, le vote FN et quelques raccourcis préjudiciables dans la lutte contre l’homonationalisme

Il est intéressant de voir comment le résultat d’une enquête réalisée par le Centre de recherches politiques de Sciences Po Paris (Cevipof) sur les couples mariés et leur vote, annonçant que 38% des couples gays masculins mariés  (tous les mots sont importants ici) ont voté FN aux régionales de 2015, se transforme, aussi bien dans la presse, que chez les militants, en :

 38 % des couples gays ont voté FN aux régionales (du coup on ne parle plus des couples mariés, mais des couples en général)

 38% des gays ont voté FN aux régionales (là ce n’est même plus les gays en couple, mais ça devient les gays en soi)

 38% des gays votent FN (l’usage du présent de l’indicatif insinue donc ici qu’il ne s’agit pas juste des régionales, mais d’une tendance générale, donc présidentielles incluses. Pourquoi pas, c’est fort possible, mais autant le vérifier au moyen d’enquêtes approfondies, abouties, pour pouvoir ensuite le répéter)

 et surtout, le meilleur pour la fin, 38% des LGBT ont voté FN aux régionales /votent FN (donc là, les femmes non hétérosexuelles, les bi, et surtout les pauvres trans qui n’ont droit quasiment à rien se retrouvent embarqué.e.s dans cette histoire).

Comme déjà indiqué, on retrouve ces glissements et autres raccourcis dans la presse : il y a plusieurs exemples, comme avec ce titre de l’Express que j’ai mis en photo pour cet article, dont les biais sont ici de mettre une photo d’un couple d’hommes ET d’un couple de femmes, et de parler d’une préférence des couples mariés gays pour l’extrême droite, alors que 38% tout en étant beaucoup, c’est moins que 50%, et donc la moitié. Ce qui signifie que les couples gays mariés qui ont voté n’ont pas en soi préféré l’extrême droite… Mais le choix de cette tournure est sûrement dû au besoin de titres sensationnels… Le problème, c’est qu’on retrouve aussi les dits glissements et raccourcis dans les discours de militants désirant à juste titre combattre l’homonationalisme à l’échelle de la France, ainsi que sa dimension internationale impérialiste. Mais revenons à l’info de départ : on parle d’une enquête sur les couples gays mariés, masculins, et qui plus est ceux qui sont allés voter (parce que bien sûr, c’est le truc qui s’oublie toujours quand on donne des résultats d’un vote par groupe social, on parle des gens qui sont allés voter, on ne parle pas de tel groupe social en soi). Du coup la population dont il est question dans l’enquête est quand même définie de façon très précise : des hommes cisgenres (donc ni des femmes cisgenres, ni des trans, hommes ou femmes), qui sont en couple, qui sont mariés, et j’insiste, qui se sont déplacés pour voter, qui plus est aux régionales (donc avec des taux de participation historiquement plus faibles que ceux des présidentielles).

Bien sûr, même sur cette population très précise, il y a des choses à tirer en terme d’analyse politique, puisque le racisme dans les milieux politiques et de sociabilité gay n’est plus à prouver et que l’homonationalisme est une tendance de fond bien enracinée, mesurable, qui marche, qui s’accentue et qui ne se limite pas au vote FN : le racisme de gauche est à l’avant garde de l’homonationalisme et du fémonationalisme, et c’est même lui qui lui fait gagner en respectabilité. Par contre, ce serait bien d’avoir une étude sur le temps long pour savoir s’il y a un phénomène de droitisation, ou s’il n’y a pas toujours eu un vote FN d’hommes gays – pas mariés du coup ; de la même façon qu’il y a toujours eu un certain vote ouvrier FN, ou femmes FN etc qui progresse peut-être mais qui n’est pas « nouveau ».

Hélas, à ce stade de la réflexion, je suis obligé de préciser que revenir sur ces glissements ne signifie pas nier l’homonationalisme. C’est triste d’avoir à le préciser, mais j’ai remarqué que dès qu’on s’en prend à certaines critiques de l’homonationalisme, on aura beau avoir écrit soi-même contre ce problème ou le fémonationalisme de façon claire, ou écrit des tonnes de fois sur le racisme en général, d’une façon qui ne devrait pas laisser de doutes sur où on se situe politiquement, on est quand même suspecté de minimiser le phénomène voire d’être carrément homonationalistes. Il est vrai que beaucoup prennent un malin plaisir à chercher toutes les approximations des critiques de l’homonationalisme ou du racisme en général pour minimiser ou carrément nier les réalités dont il est question. Mais me semble-t-il,  la malhonnêteté de ces postures relèvent de l’évidence. Autrement dit, il ne devrait pas être très dur de voir la différence entre ces stratagèmes-là, et une critique de militants démontrant chaque jour leur antiracisme mais qui s’attaquent aux biais de certaines argumentations en particulier, tout en s’inscrivant eux-mêmes dans la critique générale du problème dont il est question. Face à la gravité de la situation, il est possible d’entendre qu’il y a d’autres priorités que de pinailler sur de supposés détails. Toujours est-il l’accumulation d’imprécisions, de raccourcis, sur un sujet aussi brûlant ne promet rien de bon et finira par ne plus relever du « détail », mais va peser lourd sur la façon dont on pense cette modalité spécifique du racisme et de l’impérialisme. Il y a tellement de faits qui prouvent l’homonationalisme : nous n’avons pas besoin des raccourcis.

En fait, tout ça, c’est le résultat d’un dogmatisme où il suffit juste d’être du bon côté, et il n’y en a que deux : critiquer l’homonationalisme (quelque soit la façon) VS être homonationaliste. Et bien non, ce n’est pas parce qu’on se situe du bon côté, c’est à dire du côté de la dénonciation de ce phénomène, qu’on peut dire tout ce qu’on veut, sans aucune responsabilité politiquement parlant.  Pour ma part, et comme pour le fémonationalisme, je défends l’idée qu’il y a toutes sortes de critiques possibles de l’homonationalisme et, surtout, que toutes ces critiques ne se valent pas, que toutes n’ont pas les meilleures grilles de lecture politique, et surtout toutes n’ont pas le même horizon émancipateur, ou le même soucis d’affirmer de façon claire leur dimension émancipatrice. Donc ça veut dire qu’il y a deux terrains d’affrontements idéologiques. Un terrain principal entre les anti homonationalistes et le pouvoir ainsi que ses relais militants homonationalistes  mais aussi entre anti homonationalistes eux-mêmes sur les définitions du phénomène, les critiques à émettre, et les réponses politiques à y apporter.

Le mot de la fin : je pense que l’homonationalisme et l’impérialisme qui y est lié sont assez graves pour se battre pour que ce soient les critiques les plus pertinentes, les moins approximatives, les moins biaisées, les moins intentionnellement réac ou alors  les moins irresponsables, instrumentalisables, récupérables (même lorsque l’intention n’est pas du tout réac),  qui dominent le débat. Et j’insiste, c’est un peu triste d’avoir à le justifier dans des milieux se revendiquant de l’émancipation.


ps : Un camarade m’apporte en plus la précision suivante : « Qui plus est quand on regarde l’enquête d’où est tiré ce chiffre il y a un truc étrange : l’échantillon de couples d’hommes gays mariés représente une proportion bien supérieure de l’échantillon total que la proportion nombre d’hommes gays mariés dans la population. » Cela signifierait que peut-être au-delà d’une critique de l’interprétation des résultats de l’enquête, il faudrait peut-être nuancer les résultats eux-mêmes. Pourquoi pas. Toujours est-il je pense que même si les résultats sont bétons, 100% vrai, il faut une critique de la façon dont les chiffres sont interprétés à la va-vite, occasionnent nombre de raccourcis, et surtout, comment se positionner contre l’homonationalisme ne rend pas automatiquement pertinent : je répète, il faut se battre pour des critiques rigoureuses et émancipatrices de ce phénomène.

Publicités

Homonationalisme : distinguer ce qui relève de la posture et ce qui relève des faits

Il sera question dans cette réflexion d’aborder un des quelques biais(1) (2) français de la critique de l’homonationalisme, et non pas l’homonationalisme lui-même. Si je m’autorise à m’attarder sur la critique et non le phénomène critiqué c’est parce que j’ai de nombreuses fois pris le temps d’expliquer et de dénoncer, comme d’autres, cet homonationalisme. Ce dernier, pour le définir de façon succincte, est le dispositif hégémonique qui construit les nations occidentales comme des bastions du progressisme sexuel, le tout par opposition à un Sud global, et en particulier moyen oriental et africain, jugé particulièrement archaïque et barbare. Si ce processus s’exprime dans des variantes locales, il comporte une dimension impérialiste : c’est ainsi que des interventions militaires, ou des ingérences politiques sont justifiées par des nations occidentales au nom des « droits des homosexuels » (exemple : ingérence d’Obama à chacune de ses visites en Afrique).

Ainsi, criminaliser l’homosexualité rendrait, selon la rhétorique homonationaliste, légitime le fait de coloniser un pays, exploiter les richesses de son sol de même que sa population. Si le procédé sert des Etats et des intérêts capitalistes, des franges importantes des mouvements gay, lesbiens et de plus en plus trans y participent et refusent de questionner l’intérêt que portent des Etats impérialistes et capitalistes pour leur combat. Face à un phénomène d’une telle ampleur, dont la critique est très violemment discréditée par des accusations d’homophobie à l’emporte-pièce, sans aucune distinction, on peut comprendre qu’il paraisse nécessaire de se focaliser sur la dénonciation de ce processus et la construction d’une force politique qui s’y oppose. Toutefois, il est urgent dans nos analyses politiques de faire la différence entre la posture homonationaliste, progressiste, pro LGBT, que se donne la France, et les réalités réellement vécues par les minorités sexuelles de ce pays.

Négation ou minimisation des oppressions de genre et de sexualité en France

Il est par exemple impropre de laisser croire que la loi dite du « mariage pour tous » représente un privilège incroyable, alors que l’on sait pertinemment en tant que militants ou individus s’intéressant aux questions politiques, que les lois de principe ou accordant des droits n’ont jamais transformé en profondeur les rapports sociaux, qu’il s’agisse du racisme ou du sexisme, même si elles peuvent de manière limitée offrir quelques marges de manoeuvre. En effet, sans nier que cela ait pu apporter à des gens une certaine sécurité (notamment dans la consolidation administrative et économique de leurs familles, ce qui bien sûr n’est ni négligeable ni méprisable) la loi du mariage ne change strictement rien à la réalité de l’homophobie (et de la transphobie qui y est souvent liée), au travail, dans la rue, dans les administrations, dans l’accès au soins, à la prévention, avec la police etc. De même pour les trans cette fois, je pense qu’on peut affirmer sans craindre de se tromper, que les avancées concernant le changement d’état civil au niveau légal, ne vont pas sonner le glas de la transphobie, même si, cela peut ouvrir des possibles pour des personnes.

L’association Le Refuge a récemment déclaré avoir eu 474 demandes de placement de jeunes dits LGBT chassés de chez eux en 2015, et en 2016, alors que l’année n’est pas terminée, elle a déjà reçu 629 demandes, soit une augmentation de 32,7%. Et encore une fois, répétons-le, l’année n’est pas encore finie. On peut considérer qu’il ne s’agit pas là de la preuve d’une augmentation de jeunes chassés de chez eux, mais une augmentation des demandes auprès du Refuge, peut-être parce que l’association est de plus en plus connue. Quoiqu’il en soit, ces chiffres n’indiquent pas un recul, et c’est ce qu’il est important de montrer. Par ailleurs, loin d’avoir dit son dernier mot, l’organisation politique des blancs bourgeois réactionnaires, la Manif Pour Tous, a annoncé son retour pour le mois d’octobre. [Ajout : et n’oublions pas en particulier le collectif « Vigigender » né de la Manif Pour Tous qui arpente les écoles afin de distribuer des brochures férocement homophobes et transphobes]. Rappeler ces réalités n’affaiblit en rien, selon moi, la critique de l’homonationalisme, bien au contraire. De plus, de ma part, tous ces rappels sur le contexte homophobe (et transphobe) n’ont absolument pas vocation à minimiser la violence de la racialisation des questions sexuelles que j’ai d’ailleurs décrit assez longuement ailleurs.  La très probable élection à la présidence des Etats-Unis d’Hillary Clinton peut à cet égard constituer une accélération de ce processus, particulièrement dans sa dimension impérialiste. Et c’est bien avec tout ceci en tête que je propose ces réflexions. Il ne s’agit pas non plus pour moi de faire comme ceux qui refusent catégoriquement d’entendre que le pouvoir organise une concurrence des opprimés entre minorités sexuelles et groupes racisés (en particulier musulmans), au détriment principal de ces derniers, présentés comme les ennemis naturels des premiers. Il s’agit en revanche de questionner ce que coûte en terme d’analyses le fait de passer outre les oppressions de genre et sexualité persistantes, ou de les présenter comme « normales » en vertu du contexte actuel.

L’hostilité aux minorités de sexualité et de genre est-elle « normale » vu le contexte ?

L’homophobie et la transphobie dans ce contexte « post mariage pour tous » sont-elles des conséquences « normales » de ladite loi, cette dernière pouvant être vue comme une manœuvre politicienne du PS dans un contexte de crise ? Pour moi, il n’est pas du tout satisfaisant de se contenter de l’idée que si une situation empire pour des opprimés c’est parce que ces derniers se montrent plus,  revendiquent des droits et obtiennent certains d’entre eux (laissons de côté ici le débat sur les limites de l’égalité par le droit). Certes, c’est souvent vrai, la constitution en sujet politique de gens qui subissent une oppression dont ils pensent le caractère commun, déclenche effectivement un fort rejet social, mais serait-ce une raison pour raser les murs ? N’est-ce pas le lot de tous les opprimés que de faire face à une montée de haine quand ils osent sortir de terre et arrêtent de s’excuser d’exister, et ce, même lorsque leur combat ne fait pas l’objet d’une récupération par le pouvoir ? Faut-il considérer que c’est de la « faute » du groupe social en question s’il se prend un backlash depuis sa constitution en sujet politique ou après une avancée (qu’importe ce qu’on en pense en terme de stratégie ou de perspective politique) ? Ces raisonnements contribuent à valider l’idée selon laquelle les opprimés sont responsables de leur oppression, car s’ils évitaient de se montrer, ou de militer de telle façon, ou de s’identifier de telle façon, ça se passerait un peu mieux pour eux. Comme si le problème n’était pas l’oppression elle-même. Il n’est pas sûr que l’homophobe ou le transphobe, blanc ou non blanc, bourge, classe moyenne ou prol, fasse toujours la différence entre ce qui relève de la pratique ou de l’identité, dans sa variante occidentale moderne. Autrement, pourquoi avons-nous nous-mêmes des récits de violence de genre liés à nos comportements, à ce que les autres projetaient sur nos façons de faire, et selon eux, d’être,  parfois depuis la maternelle, le primaire, le collège, c’est à dire bien avant un quelconque sentiment d’identification aux termes  « homosexuel » , « queer », « LGBT » ?

Je n’ai pas de mal à concevoir que la loi a déclenché un regain de haine (pour des motifs différents selon les groupes sociaux, il est important de le préciser), et c’est d’ailleurs assez logique. Surtout en période de crise. Mais, se contenter de cela se révèle assez vite limité, car en effet si on parle de « regain de haine », c’est bien parce que l’homophobie existait avant la loi sur le mariage homo, et les gens – toutes classes sociales confondues, de l’homophobie de gauche à celle de droite –  n’ont pas non plus attendue ladite loi pour décréter qu’il existe un puissant lobby gay qui de manière sous-terraine cherche à prendre le pouvoir et à rendre tout le monde homosexuels. Il faut donc refuser l’idée que la croyance en un « privilège LGBT »  est uniquement ou en premier lieu la conséquence de l’obtention effective du mariage homo, dans une période où le gouvernement a choisi de privilégier les patrons et la marginalisation toujours plus grande des pauvres et des racisés. Si c’est sur des populations en particulier que les rancœurs se cristallisent, c’est bien parce qu’on estime qu’elles sont illégitimes en soi. Encore une fois, l’idée d’un lobby gay, de la crainte de « l’homosexualisation de la société » peut se trouver dans des images et textes d’archives depuis les années 60, pour ce qui est de la France. Bien avant qu’il y ait de fait une participation d’une frange des LGBT aux logiques nauséabondes du pouvoir, ou que de plus en plus d’images associent au fric une visibilité gay, blanche, masculine et commerciale.

Est-ce donc un problème de politiser des sujets qui découlent  de ce que la société – la française, celle dans laquelle nous vivons – avait déjà produit comme violence avant (laissons là encore de côté la discussion, entre minorités de genre et sexualité, sur les erreurs stratégiques, les perspectives et objectifs politiques pourris de telles ou telles franges) ? Et j’insiste, je n’universalise pas mon propos, je parle de la France, de ce qui est vécu en France, particulièrement par ceux des queers, pour aller vite, qui sont visibles :

  • les trans dans leur grande majorité (en particulier les femmes), car en effet changer de sexe social, modifier son apparence, cela se voit, et il n’est pas besoin de se reconnaître dans telle ou telle type de politisation pour vivre de fait de la transphobie
  • les personnes dont les « manières d’être », l’apparence, sont jugées non conformes et qui – peu importe leur sexualité réelle  – se voit assignées le stigmate de déviance
  • les personnes qui sont outées de force, ou qui pour X raisons sont connues comme homos et peuvent voir utiliser cette donnée contre eux notamment au travail (lire ce témoignage sur la manière dont le patronat peut utiliser l’homosexualité de prolétaires pour les isoler et empêcher une dynamique de contestation sur le lieu de travail).
  • les couples : le mariage, ou même le couple sans être marié, soit ce qui est vu comme l’accès à une forme de respectabilité ainsi qu’à des avantages économiques (rien de nouveau ceci dit, ils étaient déjà accessibles aux couples hétérosexuels) n’épargne pas de la violence des administrations, des voisins, des écoles s’il faut y inscrire un enfant, de l’univers médical etc…
  • les queers qui sont chassé.e.s de chez eux/elles

etc.

Par ailleurs, ces situations d’oppressions prennent encore la forme d’un partage inégalitaire des ressources économiques, les inégalités économiques entre hétérosexuels et homosexuels (d’une même classe sociale, point important à préciser) et entre cis et trans étant une réalité.

Il faut insister sur le fait que c’est cette visibilité qui en grande partie fonde l’oppression des minorités de genre et de sexualité dans ce pays, ou ailleurs dans les pays du Nord. Et vous l’aurez bien compris, ce que j’appelle visibilité va bien au-delà de ce à quoi on ressemble, même si c’est souvent important, mais comprend aussi l’ensemble des situations sociales qui révèlent qu’on n’est pas dans la norme hétérosexuelle cisgenre, et occasionnent donc un retour de bâton : discriminations à l’emploi et au logement, notamment. En effet, il existe peu de personnes qui veulent louer à des gens qui ont l’air un peu trop « transexuel » ou à un « couple de fiottes » si ces derniers n’ont pas le pouvoir de s’imposer par la force de leur porte-monnaie. Voilà pourquoi s’il n’est peut-être pas toujours possible de parler d’homophobie institutionnelle, on peut en tout cas parler d’homophobie structurelle ; la structure excédant les seules limites de l’Etat et de ses lois, et prenant en compte l’ensemble des mécanismes opérationnels dans la société contre tel ou tel groupe social. Et ces oppressions sexuelles et de genre structurelles n’ont ni eu besoin du mariage homo pour exister, et elles lui survivront comme l’attestent les exemples que j’ai cités plus haut. Par ailleurs, dans tous exemples que j’ai pris, il serait par exemple inepte de suggérer qu’il suffirait de se faire discret pour éviter le fameux retour de bâton, précisément parce que dans toutes ce situations ce n’est pas possible (à moins de suggérer qu’il ne faudrait pas transitionner ou être en couple ou famille non hétérosexuelle avant d’être dans un monde totalement égalitaire, sinon faudrait pas s’étonner si les gens prennent cela pour des provocations hein…)

De plus, le regain de haine post mariage pour tous ne peut pas être appréhendé comme quelque chose de « normal » au motif que le reste du peuple subit une offensive néo-libérale créant toujours plus de précarisation et de paupérisation, car les homos et trans font partie du peuple, et sont pour partie eux-mêmes affectés par cette régression socio-économique (à moins de considérer que ce sont tous des bourgeois blancs, ce qui nous amènerait à une autre discussion et disons-le à un autre problème). Considérer les homos et trans comme des entités extérieures à un pays, c’est à dire des groupes non concernés par la dégradation des conditions de vie d’un pays, c’est d’ailleurs une réaction en miroir de l’homonationalisme lui-même qui en prétendant justifier l’impérialisme ou des guerres, au nom (entre autres) de la défense des homosexuels, fait croire que les homosexuels du pays colonisé ou bombardé ne seront pas eux aussi affectés négativement par le colonialisme ou la guerre. En effet, déposséder un pays, le bombarder, c’est affecter tous ses habitants, qu’importe leur genre ou sexualité. Les bombes tuent des civils sans distinction entre eux. Preuve s’il en fallait que la rhétorique homonationaliste n’est rien d’autre qu’une façon de légitimer la domination de pays du Nord sur ceux du Sud. Bref, au Nord, comme au Sud, les homos et trans sont dans la société, et les non bourgeois parmi eux, subissent le poids de la violence néo libérale, et raciste le cas échéant.

Il y a aussi quelque chose d’agaçant dans le fait de sous-entendre que des opprimés, notamment minoritaires numériquement, ne devraient pas arracher (ou obtenir) une avancée (ou des miettes) avant l’abolition de l’exploitation et la fin de la pauvreté pour tous, parce qu’autrement « faudrait pas s’étonner ensuite si tout le monde les déteste ». Parce que dans ce cas-là c’est la minorité blanche bourgeoise, largement hétérosexuelle, qu’il faut détester, et pourtant c’est bien elle qui peut dormir sur ses deux oreilles. Donc lorsque des groupes concentrent sur eux les frustrations des autres, et en payent concrètement le prix, c’est à dire que la frustration s’incarnent dans des violences,  il faut certes l’analyser, comprendre le mécanisme qui l’explique, mais il n’est pas question de le minimiser ou de faire mine de le valider, parce que « bon faut comprendre  que » ceci cela. Autrement dit, on ne peut pas normaliser une oppression (si tant est qu’on considère qu’elle existe…), parce que le contexte politique serait mauvais, que les frustrations sont grandes etc. Et puis, que nous disent ces rancoeurs supposées légitimes « vu le contexte néo-libéral » quand des blancs bourgeois, notamment ceux de la Manif pour Tous ou du Printemps français les expriment eux-aussi ? C’est sûrement un rappel qu’entre la critique légitime des mouvements LGBT collabos du pouvoir et la critique des « déviants » pour ce qu’ils sont, la frontière est ténue, et qu’il n’est pas vain d’en avoir conscience quand on entreprend de s’attaquer à l’homonationalisme.

Conclusion

Pour une critique de l’homonationalisme qui évite tous ces biais, je pense que si on doit comprendre pourquoi pour quelqu’un qui ne passe pas son temps à décortiquer ces sujets, la croyance en « un privilège LGBT » existe, il faut accepter que les militants et les intellectuels ont en revanche des attentes plus lourdes qui pèsent sur eux. Ils doivent bien sûr identifier la stratégie de division et de concurrence entre opprimés qu’organise le pouvoir en se présentant, en période de crise et d’offensive politique islamophobe notamment, comme pro homo, et doivent aussi identifier les ressorts idéologiques et matériels sur lesquels cette division s’appuie et nommer explicitement contre qui en particulier elle se déploie (les musulmans d’abord, les racisés, les pays du Sud). Mais il est tout aussi urgent qu’ils prennent leurs responsabilités en :

  •  prenant notamment garde à ne pas construire comme le fait la rhétorique homonationaliste, les homosexuels (et trans) comme des sujets forcément non concernés par le désastre social actuel, et en
  • distinguant, en matière de progressisme autoproclamé, ce qui relève de la posture (rhétorique homonationaliste, droits très limités accordés), et ce qui relève des faits (marginalisation socio-économique d’une grande partie des supposés « privilégiés LGBT », stigmatisation toujours plus grande, offensive réactionnaire renouvelée etc).

Autrement dit, ne pas succomber à l’homonationalisme et à son mensonge fondateur (« nos minorités sexuelles sont libres, les vôtres sont opprimées ») tout en prétendant les combattre..


(1) Un autre biais français de la critique de l’homonationalisme est l’évacuation quasi systématique de la critique que les mouvements queer et trans, en particuliers non blancs, formulent eux-mêmes contre l’homonationalisme. On oublie même que le terme « homonationalisme » et la problématisation de cette question sont issus de la pensée académique et militante dénommée queer of color aux Etats-Unis. C’est ainsi qu’en France, la critique de l’homonationalisme – encore très marginale et très discréditée – ressemble à un dialogue entre homos blancs et antiracistes non affecté.e.s par les stigmates homophobes et transphobes. Cela se voit notamment dans les choix de citations des uns et d’autres. Bref, un remake contemporain du fameux « toutes les femmes sont blanches, tous les noirs sont des hommes », devenu « tous les queers sont blancs, tous les antiracistes sont socialement hétéros », qui n’a pas l’air de gêner grand monde. En effet, ces deux pôles ne sont pas en concurrence entre eux : les queers blancs veulent être les seuls parmi les queers à tenir le haut du pavé de cette critique, et les antiracistes socialement hétéros veulent être les seuls à tenir un discours non blanc contre l’homonationalisme. On comprend pourquoi ces deux groupes ont besoin d’ignorer les versions locales (et non états-uniennes par exemple) de la critique queer et trans non blanche à l’homonationalisme. Il faut aussi ajouter que l’absence d’une telle pensée dans l’Université française joue aussi un rôle dans ce choix dans la mesure où il y a, qu’on le veuille ou non, une circulation très académique et parisienne des idées, même dans le monde militant.

(2) On peut aussi citer le biais qui consiste à se concentrer sur les conditions de production des modes de vie gay, des identités sexuelles modernes, et moins sur le modèle sexuel général, comprenant aussi les modes de vies hétérosexuels (ou hétérosociaux) dominants ou des dominés, ce qui contribue, comme les réactionnaires, mais pour des raisons différentes évidemment et même sans en avoir l’intention, à faire des questions gay, LGBT, des « problèmes », ce qu’il faut décortiquer, dont il faut comprendre « l’apparition ». Cela ne fait que renforcer l’illégitimité de ces sujets et des personnes qui les incarnent. Et c’est peut-être là une question fondamentale qui piège les analyses dès le départ : la discussion sur l’impérialisme sexuel semble avoir pris son essor avec l’apparition de son versant gay et désormais LGBT. On nomme explicitement ces dimensions de l’impérialisme sexuel – « homonationalisme » – alors que les dimensions hétérosexuelles ne sont pas explicitement nommées (personne ne parle « d’hétéronationalisme »). Ce n’est évidemment pas sans conséquence, d’un point de vue analytique, comme politique.

Les « origines » comme patrimoine génétique pour les peuples du Sud selon la pensée raciste

En Europe et en Amérique du Nord, une « personne non blanche » – jugée « Autre » pour sa couleur, ses origines et/ou sa religion – même quand elle nait et grandit en Occident, même quand elle n’est jamais allée dans le pays de ses parents (ou grand-parents) autrement que pour des vacances, voire même quand elle n’y est jamais allée tout court, sera pourtant considérée, dès lors qu’elle commettra un acte répréhensible, comme un produit du fameux pays d’origine des parents (ou grand-parents) plutôt que comme un produit de la société européenne ou américaine qui l’a façonnée, la seule société dans laquelle cette personne s’est construite. En clair : si vos parents sont d’origine africaine ou afghane (pour rester sur un triste exemple récent) et que vous commettez un crime, même si vous avez toujours vécu en Europe ou aux Etats-Unis, que vous ne connaissez que ces sociétés, vous êtes renvoyées à cette origine qui serait sensée expliquer votre méfait.

Selon cette logique – disons le, raciste – ce serait donc moins votre environnement immédiat qui serait un élément déterminant dans votre parcours, mais un environnement extérieur, lointain, parfois connu de vous qu’à travers quelques visions fantasmées et idéalisées. Les origines seraient donc – lorsqu’ils s’agit de populations issues du Sud – comme des gênes qui se transmettraient. Et c’est bien là que se trouve le racisme de ce raisonnement. Mais rappelons-nous, ledit raisonnement s’applique que si vous commettez un crime, ou êtes dérangeant pour quelques raisons que ce soit. Parce qu’autrement, si on a au contraire de quoi être fiers de vous, on effacera les fameuses origines du Sud, comme pour expliquer que si vous vous en êtes sorti, malgré elles, c’est bien parce que vous vivez en Europe ou aux Etats-Unis. Ainsi le musulman criminel ayant toujours vécu en Europe ou aux USA est surtout « d’origine afghane » quand ceux qu’on adule (un Zidane par exemple, notamment par rapport à Benzema renvoyé à ses origines de « race » (Algérie) et de « classe » (banlieue) ) sont vus comme surtout « français ». Si le premier est mauvais, c’est à cause de ses origines, si le second est bon, il n’a pas d’origine, il est un produit français.

Cette réflexion me rappelle ce que ma mère m’avait dit quand j’étais enfant, à propos d’un exemple ne renvoyant pas à une tragédie, mais qui reste tout de même révélateur de ce processus généralisé aux non blancs : « quand Marie José-Pérec [star antillaise de l’athlétisme dans les années 90/début 2000] gagnait, on disait toujours « la française », mais depuis le fiasco de Sydney on dit « la Guadeloupéenne »! Dès que c’est pour dire du mal c’est une Guadeloupéenne ! « 

C’est le principe d’insister sur une origine – ou une religion – lorsqu’on veut stigmatiser, mais de l’effacer lorsqu’on veut suggérer que ce n’est que l’assimilation dans le modèle occidental qui peut produire quelqu’un de bien ou qu’on y a un intérêt idéologiquement parlant même quand les personnes ne sont pas occidentales. Par exemple, regardez comment les médias n’arrêtent pas de présenter les crimes de Daesh comme ceux de musulmans contre « les autres » alors que Daesh tuent surtout et d’abord d’autres musulmans puisque c’est surtout au Moyen-Orient qu’ils commettent des massacres. Pareil, quand les kurdes combattent Daesh, ces derniers sont « les musulmans face aux autres », et jamais on ne prend le temps de rappeler que la majorité des kurdes est musulmane. Et que oui, encore une fois, la majorité des gens qui subissent ou se battent contre Daesh sont des musulmans. Mais c’est parce qu’il s’agit bien de ce que je décris : on insiste sur l’islamité des uns (les mauvais) et on efface l’islamité des autres (les bons) car le but est de nous maintenir dans la funeste grille de lecture du choc des civilisations qui nous fait croire à la guerre entre « l’islam et l’occident » alors que les choses sont plus complexes et renvoient aussi à l’impérialisme occidental – qui n’est, lui, jamais qualifié de terrorisme – ainsi qu’aux enjeux de domination entre puissances régionales (Arabie Saoudite, Iran etc).

Bref, avoir des « origines » ou une religion – uniquement quand il s’agit de celles du Sud – c’est lorsqu’on a quelque chose à te reprocher.

« L’Occident vu par un Africain »

Je diffuse ici un petit texte que j’ai vu circuler sur internet et qui renverse le regard : c’est celui que l’Occident a défini comme Autre, ici Africain, inférieur, barbare, pour se voir comme un Occident, civilisé, avancé, qui est cette fois en position d’obversateur, de décortiqueur de discours,  de juge même, et ça déboite! 

L’OCCIDENT VU PAR UN AFRICAIN :

Quand ils font la guerre, elle devient mondiale.
Quand ils ont une opinion, elle est internationale.
Quand ils s’expriment, ils le font au nom de la communauté internationale.
Quant à leurs valeurs, elles sont universelles.
Quand ils ont une crise, elle est mondiale.
Quand ils parlent d’eux c’est une langue.
Quand ce sont les autres c’est
forcément des dialectes.
Leurs fruits ont des noms du genre pomme, abricots, pèche. Ceux de
l’Afrique sont exotiques, sauvages.

Ils se sont installés de force en Amérique, au Canada, en Australie, en
Afrique du sud, Amérique du sud et ils nous traitent d’immigrés.
Lamentable !

Quand ils viennent chez nous ils disent qu’ils sont expatriés et quand
c’est nous qui allons chez eux ils nous traitent d’immigrés. Mesquinerie quand tu nous tiens.

Ils disent d’eux qu’ils sont en situation irrégulière dans un autre
pays. Et quand il s’agit de nous, ils disent que nous sommes des sans papiers, des clandestins.

Quand ils s’attaquent à l’occupant, ce sont des résistants.
Et quand nous on s’attaque à l’occupant, nous sommes des terroristes.

Ils sont les seuls à pouvoir se doter des bombes atomiques et bizarrement ce sont les autres qui fabriquent et utilisent des « armes de destruction massive ».

Quand ils croient en Dieu, le monde entier doit croire en Dieu. Et maintenant qu’ils n’y croient plus y croire est devenu ringard.

Quand on se met tout nu avec un cache sexe, nous sommes des sauvages.
Et quand c’est eux, ils font du naturisme.

Quand nos femmes se voilent, nous les opprimons. Quand les leurs se voilent, ce sont des saintes (sœurs).

Quand ils usent de violence on parle de noble art. Mais quand nous les terrassons, on parle alors d’acte barbare et de violence gratuite.

Quand ils nous prêtent de l’argent, ils parlent d’aide. Quand ils viennent nous piller, ils nous parlent de partenariat ou d’accord de partenariat.

Quand ce sont eux qui le font, c’est du lobbying. Quand c’est nous, c’est de la corruption, du clientélisme, du népotisme.

Ils traitent nos scarifications (marque de reconnaissance ethnique) de sauvage. Aujourd’hui ils pratiquent le tatouage à outrance et c’est devenu de l’art et une façon d’être « branché »..

Ils disent chez eux que la femme est plus libre, mais ils oublient que le corps de la femme se vend en vitrine à Amsterdam* et ailleurs et que le star système leur impose d’être squelettiques et des femmes-objet. Quel culot !!

 

Source

*dommage pour ce passage a priori moraliste, mais qui ne se comprend que si on l’analyse en réponse à la prétention occidentale à être « plus avancé » sur les droits des femmes. 

Communiqué de l’Union Générale des Travailleurs Guadeloupéens (UGTG) : A propos des attentats de Paris

Afin de visibiliser l’activité syndicale de Guadeloupe totalement méconnue en France, aussi bien en terme d’action que de production de discours et d’idées, je reproduis ici un communiqué de l’UGTG concernant les événements tragiques survenus en France. Comme vous le verrez, la condamnation ferme ne se prive pas d’une certaine lucidité, notamment sur la politique étrangère de la France, entre autres.

COMMUNIQUE DE PRESSE

A propos des attentats de PARIS 

L’UGTG condamne avec la plus grande fermeté le carnage perpétré à Paris le 13 novembre dernier mais ne participera à aucune union sacrée ni avec l’Etat colonial français, ni avec ses valets locaux, ni avec le patronat.

Une fois de plus, ce sont les travailleurs, des victimes innocentes qui sont frappées par la barbarie.

Nous, Travailleurs et Peuple de Guadeloupe, savons ce qu’est la barbarie pour avoir été frappés à de nombreuses reprises par le terrorisme d’état.

Sonjé,  les 300 guadeloupéens décapités par le général Richepanse sur la place de la victoire en 1802. Plus près de nous, la centaine de personnes massacrés par les militaires français en mai 1967 [massacre non reconnu par l’Etat à ce jour…], etc…

L’UGTG adresse sa solidarité aux Travailleurs et au Peuple français.

Et déclare que :

  • DAESH est le fruit de la guerre en Lybie, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Centrafrique, au Mali, organisée par les puissances occidentales au service des multinationales et du grand capital international
  • Cette barbarie est la conséquence de la déstabilisation de ces nations orchestrées par les grandes puissances dans le but de piller les ressources naturelles et asservir les peuples
  • Cette barbarie est la résultante de la dislocation des nations et des peuples laissant place au chaos, laissant place à des pays sans gouvernement, sans institution, livrés à des groupes armés financés et équipés par les grandes puissances au rang desquels la France, les USA, la Grande-Bretagne, la Russie notamment
  • Pour combattre la barbarie, il faut avant tout oeuvrer pour la paix et la souveraineté des nations et non pour la guerre comme le font les grandes puissances toupatou si latè [partout sur terre]
  • Le combat pour la paix passe inexorablement par la défense des libertés fondamentales, par la défense des syndicats et du droit du travail, protecteur des salariés, sans cesse attaqué par le patronat et l’Etat,
  • Le combat pour la paix passe inexorablement par la défense des libertés syndicales sans cesse bafouées, et qui le seront encore plus dans le cadre de l’état d’urgence décrété en France et en Guadeloupe
  • Le combat pour la paix passe inexorablement par la réussite scolaire et l’insertion professionnelle durable de nos enfants, par l’amélioration des conditions de vie des travailleurs et du peuple pou timoun annou pa tobé adan men a pon fanatik [afin que nous enfants ne se laissent embrigader par quelque fanatisme que ce soit].

L’UGTG invite les Guadeloupéens à faire preuve de compassion et d’esprit critique en se demandant pour les guerres s’invitent en France et pourquoi de jeunes français tirent sur d’autres français.

 

Le Secrétaire Générale de l’UGTG

Elie Domota

 

 

12227684_971112732959926_7990622445995806533_n (1)

Rappel d’importance sur une autre affaire : la CGTG, autre syndicat de Guadeloupe subit de plein fouet actuellement la justice coloniale et patronale, en se voyant condamné à  verser 53 000 à des békés pour avoir dit qu’ils se sont enrichi via l’esclavage. Plus d’informations ici et , par exemple.