Cessez d’employer le concept « d’esclavage » pour parler de la loi travail !

Le titre parle de lui-même : les punchlines du genre = esclavage doivent cesser. La notion d’exploitation suffit largement. En effet, plutôt que d’utiliser une catégorie aussi lourde de sens et IMPROPRE dans ce contexte, il serait plus judicieux de s’employer à repolitiser la notion d’exploitation auprès du grand public. Cette loi réactionnaire est l’occasion de remettre sur le devant de la scène un ensemble de sujets relatifs à la violence du capitalisme, mais pas en disant tout et n’importe quoi. Cet usage du terme « esclavage » est trop fréquent. La question de savoir si on en emploie ce terme « tant que ça » par rapport à d’autres expressions phares de la contestation ne m’intéresse pas vraiment. J’ai vu ce terme employé dans des contextes assez variés pour considérer qu’il n’est pas impertinent d’en parler. Des banderoles en manif, aux occurrences médiatiques relativement nombreuses du terme par ceux qui s’opposent légitimement avec force à cette loi, il faut ajouter les post sur Facebook ou d’autres réseaux sociaux. Par des individus, comme par des structures militantes. Or, non seulement, ce n’est pas nécessaire, tant le contenu de cette loi est régressif, c’est aussi néfaste politiquement et je l’expliquerai en quatre points : négrophobie, défaite de la pensée anti capitaliste, actualité des luttes anti et post esclavagistes, l’impensé des rapports Nord/Sud.

Négrophobie

Premièrement, les « on ne veut pas être esclaves » je trouve que cela sonne implicitement comme « on ne veut pas avoir un statut de nègres ». Qu’importe que vous vous en défendiez, la symbolique de l’esclavage est fortement imprégnée de l’image du « noir » pour des raisons historiques évidentes. Et on n’a pas besoin d’avoir l’intention de faire référence à cette histoire explicitement pour au fond y renvoyer. Pas la peine également de dire « il n’y a pas que les noirs qui furent esclaves », car cela ne change pas le fait que la traite occidentale s’est construite sur un imaginaire racialiste et négrophobe censée fonder sa légitimité, là où d’autres traites étaient purement opportunistes (on prenait des Africains, mais pas uniquement, le but étant de trouver de la main d’œuvre là où c’était possible.  Dans le cas de la traite occidentale, il a été décidé pour des raisons raciales que c’était le destin des Africains et on a racialement figé leur être dans cette condition). Ce terme « d’esclave » n’est donc pas neutre.

Défaite de la pensée anti capitaliste

Si on considère que parler d' »exploitation » ne suffit pas et qu’il faut parler « d’esclavage » pour dénoncer le néo-libéralisme galopant, c’est bien la preuve du net recul des idées anti capitalistes dans la société et donc de la défaite des gauches radicales sur le plan idéologique. L’exploitation, et avec cette loi, le durcissement des conditions de celle-ci, est la raison d’être de l’injustice du système capitaliste. Mais il y a différents niveaux ou différents systèmes d’exploitation, l’esclavage étant la forme la plus brutale. Si être sous-payé relève bien d’une condition très dure, l’esclavage va bien au-delà : c’est travailler gratuitement pour le profit d’autrui. Nous le savons tous, je ne vous apprends rien, mais il convient de le rappeler. Pourquoi ? Parce que la condition de possibilité et de pérennité d’un tel système où celui qui travaille ne reçoit aucun salaire est la suivante : une brutalité inouïe et l’établissement de l’horreur la plus absolue comme norme. Il n’y a pas d’esclavage sans atrocités physiques et psychiques, ce n’est pas possible. Bien sûr le capitalisme sous la forme du salariat, et notamment du bas salariat, abime les corps et les esprits. Il tue même, assez souvent. Mais cela n’a tout de même rien à voir avec l’esclavage où il s’agit d’une guerre totale faite au corps, à l’esprit, à la vie toute entière : la liberté (d’union, de déplacement, de parole, de tout), n’existe pas. Les mots, surtout ceux si chargés d’histoire – une histoire que l’on peine encore à reconnaître et à réparer –  ont donc un sens qu’il convient de respecter. S’il devient impossible de montrer le caractère injuste du capitalisme, sans se référer à la forme la plus brutale de l’exploitation, c’est qu’effectivement le capitalisme a idéologiquement gagné, y compris chez les militants anti capitalistes. L’exploitation serait donc devenue une norme incontestable dans son principe même : il faudrait prouver qu’il y exploitation brutale, féroce, pour crier à l’injustice. Misère…

Actualité des luttes post et anti esclavagistes

Dans la mesure où les descendants d’esclaves de la traite occidentale, notamment caribéens,  dont je fais partie,  sont en lutte pour les réparations (redistributions des terres, expropriation des moyens de production appartenant aux descendants d’esclavagistes, etc), qu’un syndicat guadeloupéen est condamné à payer 53000 euros en « diffamation » pour avoir rappeler dans un tract qu’une famille békée a bâti sa fortune sur la traite négrière et l’économie de plantation (ce qui signifie que la dénonciation de la structure socio-économique héritée de l’esclavage est censurée), et que des populations noires, mais pas uniquement, sont encore esclaves – et en lutte – dans certaines parties du monde, il ne me semble pas légitime que ce terme soit utilisé ici pour parler de problèmes d’occidentaux, puisque c’est bien de ce dont il s’agit, fussions-nous exploités sur ce territoire français.

Impensé des rapports Nord/Sud

En lien direct avec ce qui vient d’être dit, l’usage du terme esclavage illustre le nombrilisme occidental, même des exploités, dans leur façon de penser les choses. Cela ça révèle l’incapacité à penser nos situations d’exploités ici, comme malgré tout bénéficières d’un système impérialiste et post esclavagiste qui a saccagé durant des siècles et continuent à saccager une vaste partie du monde. Dépossession en humains, en ressources, pillage, génocides, viols, esclavage, le tout pour asseoir la domination de quelques empires devenus nations. Domination dont nous profitons des fruits, maigres en comparaison aux classes dominantes, mais bien réels en comparaison avec la situation des travailleurs du Sud. Alors, il n’est pas possible – et beaucoup d’entre vous le savent – de détruire le capitalisme en pensant uniquement à nos nombrils d’exploités ici, mais de privilégiés à l’échelle internationale. Bien sûr, nos luttes ici sont légitimes, et ce n’est pas parce qu’il y a pire ailleurs qu’il ne faut pas lutter ici, mais elles ne peuvent pas dans leurs termes – et donc dans leur contenu, la forme entrainant le fond – faire l’impasse sur les points que j’ai développés, me semble-t-il.

………..

Vous aurez donc compris qu’il ne s’agit pas d’une question de vocabulaire, mais d’une question fondamentalement politique. On pourrait considérer qu’il s’agit de faire « beaucoup d’histoires pour rien », que les solidarités internationales sont réelles et que ce ne sont pas des slogans maladroits qui peuvent le contredire. Mais je ne suis pas d’accord. Une telle facilité à parler « d’esclavage » pour la condition des exploités du Nord est révélatrice de cette internationalisme bancal, paternaliste, qui imprègne les esprits ici. En fait, l’emploi de ce terme n’est pas le problème en soi, il est ce qui illustre le problème bien plus profond et qui rappelle que des luttes anticapitalistes sans luttes (afro)décoloniales ne sont pas émancipatrices pour les peuples du Sud et leurs populations au Nord. On peut, il est vrai, s’en foutre vu d’ici, mais lorsque nous avons des liens familiaux, affectifs, personnels, même lointains, avec ces territoires du Sud et les populations qui y vivent, on sait qu’on ne peut se contenter d’engagements politiques qui nient leur écrasement.

 

Publicités