Un exemple d’imaginaire raciste de gauche : l’émeutier de banlieue destructeur contre l’écolo alternatif et constructif

 

 

Cette image, je l’ai découverte via les réseaux sociaux. Elle tournerait sur des pages écolos/bios, de ce que j’ai pu lire. Verdict ? Elle pue le racisme et le mépris de classe. Une façon de nous expliquer une fois de plus que les révoltés non blancs des quartiers populaires (on sait bien qui ça vise et ce à quoi ces images renvoient) ne s’y prennent pas de la bonne façon : ce ne sont pas de « bons » révolutionnaires. Ou tout simplement de bons résistants à la violence du système capitaliste. De toutes les images de « violence » possibles – laissons ici la critique de la supposée « violence » qui ne mène à rien – c’est l’image des révoltés de banlieue qui leur est venue à l’esprit. Pourquoi pas celle d’agriculteurs en colère qui foutent le feu, balancent fruits et légumes comme cela a pu déjà se produire, ou encore celle de syndicalistes qui séquestrent leur patron ? Non, c’est l’image d’une banlieue en explosion qui leur sert de support pour dire que ce n’est pas ainsi qu’il faut résister. Pourtant c’est sur ceux qui sont censés mal s’y prendre que s’abat le contrôle policier permanent avec toutes les violences qui en découlent, et pas sur ces deux hippies fiers de s’être retirés de la société. D’ailleurs, peut-être doit-on s’interroger sur les conditions rendant possible une vie, ou des aspects de sa vie (supposément) en dehors du système ? C’est quand même pas donné à tout le monde il faut le dire.

Mais ce qui m’intéresse ici, c’est surtout les convergences entre les modalités de stigmatisation raciste de certaines gauches et celles de certaines droites (même les plus extrêmes). Voilà pourquoi je fais intervenir la seconde image faite par des jeunes du FN qui tournait il y a quelques années.

Saisissante ressemblance n’est-ce pas ? On retrouve le même binarisme : aux supposés sauvageons des quartiers populaires qui détruisent tout, on oppose le bon couple blanc qui vit dans la paix. Remarquez d’ailleurs que les deux couples ont des façons de poser très similaires (l’homme qui entoure de son bras protecteur sa compagne…). On choisit de montrer des photos des uns en pleine révolte, la nuit, sans voir leur visage, simplement comme des « meutes » enragées, et pour les autres, on montre des photos où on voit leur visage car ce sont des personnes bien distinctes ayant droit à l’individualité, l’humanité, et pour qui on peut donc ressentir de l’empathie. C’est d’ailleurs un classique des jeux d’oppositions racistes par les images (la série Homeland excelle dans ce registre) : foule non blanche, bruyante, désorganisée, sans individus se dégageant VS individus distincts blancs, qui ont une pensée etc. Bien évidemment, ces deux affiches n’ont pas le même objectif, et c’est justement ce qui est intéressant : des courants politiques qui s’opposent sur tout un ensemble de sujets, voire même sur quasiment tout, se rejoignent malgré tout dans le racisme et la construction des populations non blanches des quartiers populaires en révolte comme des dangers. Pour les premiers, côté gauche, ces populations sont des dangers pour la lutte. Pour les seconds, à droite, elles sont cette fois des dangers pour la nation. Cela rejoint quelque chose que j’avais déjà développé dans mon article avec les pancartes #LeRacismeDeGaucheCest.

Bien sûr, sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) il y a eu toutes sortes de personnes pour nier la dimension profondément racialisée de cette mise en opposition pour ce qui concerne l’image de gauche. Parmi ceux qui l’ont dénoncée, nous avons même été traités de « racistes » car c’est nous qui, comme toujours, l’aurions racialisée à force de « voir le racisme partout » nous dit-on. Il est intéressant de voir surgir à tous les coups cette accusation de racialiser le débat, comme si nous en avions le pouvoir. La société EST déjà racialisée, nous ne faisons que mettre les effets idéologiques et matériels de cette racialisation en lumière. Et n’en déplaise à tous ceux qui s’étouffent avec leur bonne conscience, ces effets traversent aussi les pensées et mouvements de gauche. Pour revenir à l’image en particulier, l’accusation de « racisme » envers ceux qui la critiquent reprend un stratagème d’une fourberie hélas bien connue de la rhétorique raciste de gauche : « c’est vous qui avez décidé que l’image du haut représente des non blancs, donc c’est vous qui supposez que tous les casseurs, émeutiers  [selon les mots de certains…] sont tous non blancsc’est donc vous les racistes« . Cela ressemble à d’autres types de propos tels que « c’est vous qui dites que la prison est remplie de noirs et d’arabes donc vous supposez que les noirs et les arabes sont plus portés à être des criminels ». Voyez-vous la fourberie ? Dénoncer les effets d’un système racialisé en focalisant sur les populations qui en paient particulièrement le prix, ferait de nous des « racistes ».

Sur la prison, que répondre ? Tout simplement que nous ne disons pas que les noirs et les arabes sont plus portés à être des criminels, mais qu’ils sont plus criminalisés que les hommes blancs, et que c’est cette sur-criminalisation, qui va des contrôles au faciès quotidiens jusqu’à une plus grande sévérité de la justice, qui produit les effectifs en prison. Pour ce qui est de l’image dont nous discutons ici, il faut être particulièrement hypocrite pour faire croire qu’une photo de révoltés de banlieue ne renvoie pas à un imaginaire déjà saturés de représentations racistes. Comme si une image pouvait s’analyser hors contexte. Comme si une telle photo était « neutre ». D’ailleurs, la ou les personnes qui ont fait le montage n’ont sûrement pas pris cette photo eux-mêmes. Qu’ont-ils alors tapé dans leur moteur de recherche pour tomber sur cette image ? Sûrement « émeutes de banlieue », ou quelque chose d’approchant. Et, allons donc plus loin, qu’est-ce qui leur a donné cette idée-là en particulier ? Qu’est-ce qui motive ce choix-là ? Je répète la question posée plus haut : de toutes les images de « violence » possibles pourquoi est-ce l’image de révoltés de banlieue qui leur est venue à l’esprit ? Pourquoi pas des agriculteurs en colère ou des syndicalistes qui séquestrent leur patron ? Qu’ils le veuillent ou non, c’est bien un imaginaire raciste parfaitement ancré dans toute la société française qui les a motivé à comparer la banlieue en feu et à sang à un décor paisible où s’épanouit un gentil couple blanc. Je ne m’arrête pas sur le fait qu’il s’agit ici d’un couple hétéro, même si l’hétéronormativité des postures déjà mentionnées est évidente –  car à n’en pas douter, des racistes de gauche versés dans l’homonationalisme finiront par nous pondre un jour une telle horreur en opposant cette fois les supposés sauvageons de banlieue à un gentil couple homo blanc. Cela va venir, wait and see.

Notons enfin que comme toujours le racisme de gauche se cherche des alibis non blancs : ici c’est la citation de Keny Arkana qui se retrouve au milieux d’imageries binaires, racistes, et qui est utilisée contre ceux-là mêmes qui partagent sa condition sociale de départ. Et puisqu’il y en a toujours pour faire semblant de ne pas comprendre, je précise que le problème n’est PAS Keny Arkana, mais la façon dont son propos est utilisé pour appuyer une mise en opposition pourrie et raciste de deux images.

Bref, cette image est aussi raciste que sa voisine de droite, et on s’en bat les reins de toutes vos tentatives de prouver le contraire 😎


ps : je m’attends à ce qu’une des objections soit « mais cette image ne représente rien, c’est pas une orga qui a fait ça » etc. Sauf que le propos qui ressort de l’image est quand même reconnaissable dans plein d’autres types de positions racistes de gauche. Ce n’en est qu’une énième illustration et n’a rien de marginal.

Mise à Jour : 16 juin 2017.

Publicités

Les commentaires sont fermés.