Sur la condition diasporique et les écueils de certaines postures militantes

J’ai publié sur instagram (pour un format différent de celui du texte) 10 vignettes dans lesquelles je réfléchis à la condition diasporique et militante, à savoir le fait de vivre dans un autre pays que celui dans lequel on est né (ou alors ses parents, ou grands parents etc) et d’être engagé dans des courants par exemple antiraciste, pro noir, panafricaniste, etc, depuis un contexte occidental (point important).


Je pointe en particulier plusieurs des écueils pouvant découler des projections militantes diasporiques sur nos pays d’origine. Je donne parfois des exemples précis à partir de la Guadeloupe et ses diasporas (auxquelles j’appartiens) mais le propos est applicable, avec les ajustements nécessaires, pour d’autres contextes. L’enjeu est de cibler des failles, pour travailler à construire des liens diasporas/pays sur des bases plus conséquentes, en toute lucidité sur leur caractère précaire et à bien des égards asymétriques.

Bonne lecture!