Quelques réflexions sur la solidarité (politique) entre racisés

J’ai du mal avec la façon dont est souvent pensée la question des solidarités entre racisés. Ici je parle de solidarité d’un point de vue politique; solidarité qui a du sens en occident parce qu’on est ici soumis au même régime d’exception bien que sous des modalités différentes. Cette précision restreint d’emblée très clairement ce dont il est question : je parle des solidarités entre organisations politiques principalement et entre militants. Pas de comment tous les individus de telle communauté se comportent avec tous les individus de telle autre. Je ne nie pas que ces interactions peuvent avoir une influence sur nos aspirations militantes, mais je pense que si on parle de politique, on ne peut pas se contenter de ça. La politique comme construction d’un rapport de force face au système oblige à aller plus loin, à penser en terme de stratégies (elles-mêmes pensées à partir d’un contexte et des moyens dont on dispose ou pas). Et ici je parle de faire de la politique en tant que racisés d’occident, parce que dans les pays occidentaux, le racisme entre racisés – et en particulier la négrophobie, mais pas uniquement, le racisme anti Rroms ou l’islamophobie des racisés non musulmans – n’est pas systémique. Le seul racisme systémique dans ces pays est celui des blancs. Il ne s’agit donc pas de penser pour les racisés du Sud dont les situations sont autrement plus complexes, mais de dégager des perspectives de luttes ici, parce que c’est bien ce système blanc que nous devons attaquer.
Donc j’insiste, si je parle de « solidarités entre racisés », cela veut dire que je ne parle pas de si mes voisins ou n’importe quel quidam racisés sont négrophobes ou pas, mais de comment j’envisage des alliances avec d’autres racisés politisés dans une structure politique ou entre différentes structures. Pour moi c’est ça qui est important et que je regarde, analyse, si je pense « politique ». Et c’est pour ça que je suis mal à l’aise avec l’idée émise très fréquemment selon laquelle chaque expression de la violence d’un racisé lambda contre un autre est la « preuve » de l’impossibilité des alliances (par exemple un meurtre dans un pays du Sud « prouverait » que etc). Cette impression on peut l’avoir quand il s’agit de racisés appartenant à des groupes différents et où la question raciale est explicite  (un noir tué en Inde), mais que dire alors quand des comoriens sont agressés ou tués à Mayotte, ou que des Dominicains, Guadeloupéens, etc commettent des violences contre des Haïtiens ? Car là on est bien « entre noirs » a priori n’est-ce pas ? Donc si chaque violence de racisés du Sud sur des noirs prouvent que la solidarité inter racisés est impossible, qu’est-ce que les violences « entre noirs » des exemples que j’ai pris disent de la solidarité entre noirs ? Pourtant nous noirs politisés, nous ne nions pas ces violences, nous ne les minimisons pas, nous les nommons, les analysons et disons que nous devons construire des forces politiques entre noirs de différentes origines, même celles en tension entre elles, parce que nous croyons que là est la solution. Imaginons que chaque violence/crime anti Haïtiens en Caraïbes ou entre peuples rivaux en Afrique subsaharienne servait à dire « vous voyez les solidarités entre noirs sont impossibles, la preuve », ça nous avancerait à quoi ? Rien. Ce serait même néfaste. Non seulement cela ne changerait rien au cours de ces violences, en plus cela contribuerait à anéantir toute tentative de s’organiser contre…
Du coup je pense qu’on peut tenir le même raisonnement s’agissant des racisés entre eux. Ce sont des solidarités qui ne peuvent se construire que politiquement à partir de situations merdiques, je ne le nie pas, mais trouver en chaque expression de violence la preuve de leur impossibilité n’a jamais contribué à les arrêter, ni permi de construire les conditions pour une alternative… au contraire ça démotive toujours plus. Par exemple en ce moment aux Etats-Unis on voit fleurir des prises de positions de soutien de la part d’organisations et de militants latinos, asiatiques et natifs américains au mouvement Black Lives Matter. Faudrait-il alors prendre chaque exemple de négrophobie issue de ces groupes racisés pour délégitimer ces prises de positions ? « soit disant ils disent Black Lives Matter mais regardez en Chine les actes négrophobes, ou regardez tel texte négrophobe écrit par un latino aux USA » … En quoi ces prises de positions politiques, qui sont des tentatives, qui ne sont en rien naïves sur le racisme et en particulier la négrophobie des racisés, doivent-elles être minimisées voire rejetées pour des actes commis par des individus issus de ces groupes (qui parfois n’ont rien à voir avec la politique) ? S’il y a alliance, c’est pour se tourner vers le futur pas pour décrire des situations idéales qui n’existent pas. Il n’existe d’ailleurs pas de situations idéales de lutte, parce qu’au racisme inter personnel entre racisés, s’ajoutent le sexisme des hommes racisés, ou encore les violences de classe. Faut-il que tout cela ait disparu pour lutter ? J’ai plutôt tendance à croire que c’est dans le cours de la lutte, dans le mouvement réel, que se trouve les perspectives de changement.

 

Quelle(s) stratégie(s) politique(s) ? 

Tout ce que je viens de dire ne revient pas nier la nécessité des non mixités, du traitement spécifique de certains sujets, entre concernés. Les « options » politiques sont multiples : on peut militer en non mixité ou pas. Ou faire les deux, car bien sûr on peut avoir plusieurs casquettes, ce que les discours dogmatiques omettent souvent…On peut donc faire partie d’une organisation noire non mixte et être dans une organisation mixte avec d’autres racisés, voire avec des blancs selon l’objectif. Ce n’est pas une obligation, c’est une option. Une option qui comme la non mixité a sa pertinence et son lot de limites. Il ne s’agit donc pas de dévaloriser l’option non mixte : ceux qui sentent qu’ils n’ont pas d’énergie à mettre dans de la solidarité inter racisés et préfèrent la non mixité ont raison d’être clairs sur ce point, c’est mieux pour eux (pour s’épargner des situations désagréables) et pour les autres (pour ne pas mettre de la négativité et plomber les tentatives de mixité ou coalition). Donc, j’insiste, ce n’est pas ce choix de non mixité que je critique, mais le discours qui veut délégitimer le principe même de ces solidarités politiques, au motif que les violences de l’actualité locale ou internationale viendraient « prouver » qu’elles sont impossibles.

J’ai plutôt tendance à penser le contraire: ces violences rappellent à quelles point les alliances sont aussi bien difficiles que nécessaires et qu’il faut du monde pour s’employer à les construire, avec toutes les limites que ça peut avoir . De même que la non mixité qui a aussi ses limites, différentes cette fois. Chaque « option » a ses forces et faiblesses : grâce à la non mixité on peut se protéger de la violence raciale d’autres racisés, et surtout on peut créer un contre pouvoir qui oblige les autres racisés à prendre en compte des questions qu’ils ont l’habitude d’ignorer, de survoler ou de carrément maltraiter. Elles servent aussi à contrer l’injonction à la solidarité qui peuvent peser sur certains groupes et pas sur d’autres. En France par exemple, sans mouvement noir fort, la négrophobie sera toujours minimisée, aborder n’importe comment et on se retrouvera toujours à rappeler qu’il n’y a pas que des noirs aux USA et des arabes en France, mais qu’il y a bien des noirs en France, dont beaucoup vivent sur les restes de l’empire colonial français et qu’il est urgent de donner aux problématiques liées à la Françafrique la place centrale qui leur revient dans l’anti impérialisme. Comment penser décoloniser si ce n’est pas pris en compte et correctement ? Donc oui la non mixité noire, panafricaine a cette objectif comme sa principale force. Mais elle se transforme en faiblesse si à aucun moment des liens sont faits avec d’autres pour créer un mouvement massif, car contre les violences policières par exemple, nous voyons bien que ce ne sont pas que des noirs ou que des arabes qui sont tués, mais bien les deux en majorité. Il s’agit donc du régime d’exception qui vise les deux groupes. Pareil pour la discrimination massive à l’emploi. Et ce régime d’exception ni les noirs seuls, ni les arabes seuls n’y viendront à bout. J’insiste, ces solidarités n’ont rien de naturels, pas même « entre noirs » alors, pourquoi s’attendre à ce qu’elles le soient entre « racisés » ? « noir » comme « racisé » sont des constructions à politiquement orienter. Entre peuples noirs, nous avons la preuve fréquente des divergences d’intérêts donc cette orientation c’est l’organisation politique qui peut la donner, cela n’émane pas naturellement des communautés/peuples en question.

Différentes options politiques s’offrent à nous sur ce point: non mixité ou mixité ou les deux. Choisissons celle(s) qui nous parle(nt) sans délégitimer les autres, parce que ce n’est pas la forme de l’organisation (mixte ou non mixte) qui fait la pertinence du projet défendu et des moyens employés. Si nous devons donc nous affronter – ce qui est inévitable – ce ne sera donc pas sur la forme, mais sur le fond des actions que nous allons mener et l’horizon politique que nous allons défendre.