H&M, négrophobie, exploitation

Concernant les nouveaux débats autour de H&M et la pub raciste illustrée par l’image de cet article, j’ai envie d’insister sur deux points :

👉 je crois que ce n’est pas seulement l’enfant noir avec le pull « le singe le plus cool de la jungle » qu’il faut montrer, mais la comparaison avec l’enfant blanc qui porte le t shirt « expert en survie ». Le parallèle entre les deux est édifiant…Si l’animalisation est un des piliers de la négrophobie, et en particulier la comparaison avec les singes (c’est quand même quelque chose de très connu, incroyable d’imaginer que personne dans la com de H&M n’y ai pensé ?!), on ne peut pas manquer de remarquer que l’idée du « blanc sauveur » (white savior) est aussi un lieu commun de la pensée coloniale. C’est tout aussi grave, surtout quand on rapproche les deux. Parce que le racisme est un rapport social, la valorisation et le profit des uns, se construit sur la dévalorisation et l’exploitation des Autres. Je remercie donc la camarade sur les réseaux sociaux qui a pris soin de mettre ensemble les deux images.

👉 maintenant, n’oublions pas, qu’en tant que multinationales, le problème ce n’est pas et ne devra jamais se limiter à une affaire de pub raciste : les multinationales sont en soi nocives, qu’importe les façons qu’elles ont de communiquer et construire leur image. De par l’exploitation massive qu’elle pratique, en particulier dans les pays du Sud, H&M, comme tant d’autres aussi, a du sang sur les mains. On peut notamment rappeler le triste drame au Bangladesh en 2013 : un bâtiment délabré s’était effondré tuant plus de 1000 ouvriers qui travaillaient pour des marques occidentales (H&M, Zara, Auchan…) dans des conditions affreuses.

Photo : Andrew Biraj / Reuters

 

Voilà, « profitons » de cette pub raciste pour rappeler les fondements de toutes les façons dégueulasses des multinationales. La lutte panafricaine c’est aussi une lutte contre l’exploitation ! ✊


Mise à jour : 13h51.

Publicités